Chez Target, un jour avec Benjamin Mukini

Jeudi, 23 Mai, 2019 - 13:26

Benjamin Mukini Lamoury est gradué en statistiques. Il a commencé à collaborer avec Target comme enquêteur avant d’intégrer l’équipe d’employés en qualité de Data Analyst & IT Assistant. Ce vendredi, nous avons passé du temps avec lui pour vous faire découvrir comment se passe sa journée de travail.

Benjamin assiste le Data Manager (responsable du département Informatique à Target) dans ses différentes tâches dont l’analyse de données statistiques, la supervision et le suivi dans la conception des scripts.

Sa journée commence à 8 heures. Une fois arrivé à son lieu de travail, Benjamin sait ce qu’il doit faire et finir, avant  de rentrer chez lui le soir.

« J’ai une liste de tâches à bien accomplir. Comme aujourd’hui vendredi, je commence par  l’inventaire des matériels, je dois faire certains achats. En plus de cela, j’ai encore comme tâches, vérifier le reporting  du projet NPS (Net promoter Score), et superviser la production de l’étude médias », explique-t-il.

En ce qui concerne l’inventaire de tous les matériels informatiques, le travail de Benjamin consiste à « vérifier l’état actuel du stock et s’assurer que les projets  éventuels seront approvisionnés et au bon moment ». Target dispose notamment des smartphones pour les enquêtes sur le terrain, des matériels de géolocalisations dont le GPRS GARMIN, des ordinateurs portables et de bureau…

Après l’inventaire de l’équipement, Benjamin effectue une course pour acheter quelques consommables informatiques pour le compte du département Projet.

En fait, la politique de la maison en matière des achats stipule que les besoins en informatique sont exprimés et adressés au département informatique. Ce dernier est le seul habilité à effectuer les achats pour les besoins de toute l’entreprise. Cette tâche incombe à Ben, comme aime l’appeler son superviseur.

« Si un département a besoin des consommables informatiques, il nous écrit, moi je fais un bon que je remets au Data Manager ; après son avis, ce bon est transmis au comité de gestion qui, après examen, donne le feu vert. Les achats ne sont effectués que les vendredis », relate-t-il.

De sa ronde des boutiques, Ben va ramener des cartouches pour imprimantes et autres accessoires informatiques.

A son retour des achats, Benjamin se consacre à une double tâche : vérifier le reporting  du projet NPS (Net promoter Score). « C’est l’évaluation de la qualité des services fournis par les opérateurs de télécoms » et le contrôler des chiffres envoyés par l’équipe sur terrain (Quotas à réaliser, des critères à respecter,…).

« Après vérification du reporting, je vais envoyer au data manager, qui va vérifier à son tour pour s’assurer que tout est ok. Ensuite, le reporting sera transmis au département Projet. C’est le chef de ce département qui transmet le résultat de ce travail au client », précise Ben.

La vérification du reporting est exécutée concomitamment avec la supervision de la production de l’étude médias. Une  équipe d’environ quatre stagiaires est à pied d’œuvre sur cette tâche sous l’œil attentif du Data Analyst. Avec ce travail, « il est question de s’assurer que tout le monde a compris sa tâche. J’assiste également tout celui qui peut avoir des problèmes dans l’accomplissement de son travail ».

A quelques minutes de la pause, Benjamin fait appel au Data Manager, Blaise Pezo, son chef hiérarchique, pour un échange prévu avec les stagiaires en rapport avec l’exécution  du travail.

L’échange va porter sur l’évaluation du travail et les nouvelles perspectives de Target. Les stagiaires sont appelés à identifier les éventuelles faiblesses observées et faire des suggestions pour améliorer le travail.

Pendant que chacun des stagiaires donne son point de vue, fidèle à son bloc note, Benjamin note quelques « éléments importants ».

«Généralement on organise des échanges avec des consultants pour améliorer notre travail. D’abord pour Target et ensuite pour notre département. Là j’ai tout noté, je vais écrire des points importants, les transmettre au Data manager, lui va envoyer au comité de gestion», indique Benjamin avant de résumer les propositions des stagiaires :

 « Il y a eu plusieurs interventions entre- autres, intégrer des coordonnées GPS dans toutes les études pour tracer une cartographie des enquêtes (on utilise les logiciels ODK Collect ou CS Pro) et pour les études qui se font dans le Congo profond où il n’est parfois pas possible d’utiliser les smartphones, on pourra utiliser des appareils de capture GPRS comme de GARMIN.

Autre proposition, ajouter les fichiers audio ou utiliser des logiciels qui enregistrent à la fois l’audio et le texte.

Les stagiaires ont demandé aussi à participer à plus de formations pour mieux comprendre le fonctionnement des logiciels utilisés par Target.

A l’interne, on a parlé de formation sur les autres logiciels à utiliser bientôt pour le traitement rapide de données dont le Power Business Intelligence.

Enfin, la dernière intervention consister à trouver des astuces pour suivre un matériel de collecte de données volé ou le bloquer à distance ».

De retour de sa pause, Ben va poursuivre la supervision de l’étude médias.

D’abord, un rapide tour de table carnet en main afin de se rendre compte que tout se déroule comme prévu, puis quelques orientations à prendre auprès de Blaise Pezo son superviseur et un coup de fil auprès d’un réparateur de matériel du cabinet pour avoir la date de livraison.

De temps à autre, Benjamin prête main-forte à ses collègues qui ont des petites difficultés informatiques.

A trente minutes de l’heure de clôture du travail, il fait un énième tour de table pour vérifier l’avancement du travail des stagiaires.

« Dès que chacun aura fini sa partie, viendra alors la consolidation de bases de données de l’étude médias, la vérification ; c’est-à-dire le contrôle qualité et la transmission du dossier au Data manager pour vérification ».

Pour ce vendredi, la journée se clôture par un débriefing avec les stagiaires sur le volume du travail accompli d’une part et d’autre part, l’évaluation avec le Data manager, du niveau atteint des objectifs que le département s’était assignés pour la semaine et la planification de ce qu’il faudra faire au courant de la semaine prochaine.